Les Protecteurs des Dofus

Forum de la guilde du serveur Crocoburio
 
AccueilPortailCalendrierStatsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [RP] Le RP de Caalypso

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Caalypso
lv 201
lv 201
avatar

Masculin Scorpion Messages : 1005
Localisation : A ta gauche. Non !! L'autre gauche !
Age : 19

MessageSujet: [RP] Le RP de Caalypso   Mer 5 Oct - 15:50

Bon c'est parti, je me lance dans le RP !! Smile
En espérant qu'il vous plaise, et que vous l'accrochiez très vite. J'ai fais de mon mieux ^^


C’était un de ces jours comme tous les autres d’automne, froid et pluvieux. Bien loin du temps estival qui nous a quitté il n’y a peut être environ une ou deux semaines, mais le temps sur le continent Amaknien était comme ça : Les saisons changeaient subitement. Le mieux, c’était l’hiver. Avec ses lacs gelés, sa neige qui ne fondait pas, et ne disparaissait qu’au premier jour du printemps. Les batailles de boules de neige, c’est top !
Je me présente, Caalypso, disciple du dieu Sram avec une immense déception. C’était lors de la cérémonie, étant enfant, où l’on devait choisir sa vocation, et promettre de prier son dieu matin et soir. Pourquoi faire un choix pareil si jeune, quand nous ne sommes pas encore conscients de ce qui se passe dans le monde ? Tant de questions… Bref, toujours est-il que je me suis exclamé haut et fort « Je veux devenir un sram ! » au grand étonnement de ma famille, de xelors. Après tout, c’était un choix personnel, nous ne sommes pas obligés de suivre la même vocation que ses parents. Je regrette mon choix. Je trouvais qu’un sram c’était ‘’ Cool ‘’, de pouvoir se rendre invisible, de pouvoir se dédoubler, poser des pièges, attaquer dans l’dos… Je regrette mon choix. Je le regrette énormément. J’habite toujours chez mes parents, mais rejetée par tous, toujours enfermée dans ma chambre, à pleurer sur mon pitoyable sort. Je rêve pourtant de vivre de grandes aventures, être aimée de tous, comme une véritable héroïne… Mais mon destin en avait décidé autrement… Mon père semblait un peu aimable envers moi, comme si il compatissait. Contrairement à ma mère. Mais, assez soumis à celle-ci, il venait me voir qu’en cachette, pour essayer de me rassurer. Et c’est tout.
Un jour, en astiquant mes dagues, ma mère entra dans ma chambre sans frapper, et gronda sèchement :
- De la visite
Elle fit entrer un homme dans ma chambre. Il était grand et mince, paraissait plutôt vieux avec sa barbe décolorée et ses cheveux blancs. Il resta debout et se présenta :
- Bonjour, je suis Amayiro, chef des bontariens.
- Que me vaut cet honneur ? répondis-je insolemment.
- Mon enfant... Bonta a besoin de nouveaux jeunes soldats, pour contrer les incessants assauts de Brakmar sur notre cité. Tu porterais honneur à ta famille. Evidemment, c’est une équipe de soldats mixte et tu pourrais te faire de nouveaux am…
- Porter honneur ?! le coupai-je insolemment, une deuxième fois. Je suis la risée de toute la famille depuis que j’ai choisis ma vocation, à mes sept ans !
- Tu ne le regretteras pas… reprit-il
J’étais tentée par partir loin, loin de ma famille, dans une nouvelle ville, où je me ferais respecter, où j’aurais de l’honneur… Oui mais je ne me suis jamais battu, jamais le sang d’un étranger n’a coulé sur mon visage, jamais. Je réfléchissais, toute la journée, il fallait que je me décide. Tuer ou se faire tuer, ou bien rester là, seule, sans aucune compagnie, à ne rien faire de mes journées ?... Non. Je devais partir. Pas besoin de l’annoncer à mes parents, ils ne s’en rendraient même pas compte. A la nuit tombée, je quittai ma chambre, un soldat bontarien m’attendait. J’entendis un « crac » qui me fit sursauter. Ce n’était que mon père, qui venait me dire au revoir. Je sentais qu’il voulait m’expliquer quelque chose, une chose qu’il voulait me confier, depuis bien longtemps.
- Au revoir, me murmura-t-il. Tiens, tu auras besoin de ça. C’est un porte bonheur, bonne chance pour ta nouvelle vie.
- Papa… répondis-je, Euh…
- Hum Hum ! coupa net le garde bontarien. Il faut partir maintenant.
- Merci, concluais-je. Merci pour tout.
Et j’étais partie pour Bonta, vivre, je l’espérais, de merveilleuses aventures.

_________________
Je suis l'as de trèfle qui pique ton coeur, Caroline. - Mc Solaar

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caalypso
lv 201
lv 201
avatar

Masculin Scorpion Messages : 1005
Localisation : A ta gauche. Non !! L'autre gauche !
Age : 19

MessageSujet: Re: [RP] Le RP de Caalypso   Sam 19 Nov - 15:11

ça faisait longtemps, n'est-ce pas? Razz
Voilà j'ai finalement fait une suite ^^ J'espère que vous apprécierais. Dites moi vos appréciations et vos critiques constructives, svp Wink


Je montais pour la toute première fois sur une dragodinde. Celle-ci se nommait Zephyr, car elle filait comme le vent. Un long voyage comme celui-ci sur le dos de Zephyr, c’est bien, mais après, on a mal au dos. Nous nous étions arrêtés quelques instants pour que Zephyr se dégourdisse les pattes.
- Alors comme ça, tu es la fille de Phinéas ? me demanda le soldat Bontarien
- Oui, c’est bien moi, répondis-je étonnée, mais, comment connaissez vous mon père ?
- Ton père ne t’a pas parlé de ce qu’il a fait durant sa vie ?
- Non.
- Jamais ?
- Non, je ne m'y suis jamais intéressée. Mais vous m’intriguez, qu’à fait mon père ?
- S’il ne t’en a pas parlé, je pense qu’il n’est pas prêt, ou alors que tu n’es pas prête. Je vais donc ne rien dire.
- Eh ! Je ne suis pas une simple d’esprit ! criais-je en commençant à partir.
- Ce n’est pas ce que…
- Taisez-vous ! le coupais-je.
Puis j’ai commencé à courrir. C’est ce qui mit fin à notre discussion, à jamais, je le regrettais. Je courrais à travers un bois, dont je connaitrais le nom que bien plus tard, c’était le bois des canias. Et tout à coup, je me trouvai face à face d’un gros sanglier. J’entendais encore le soldat derrière moi appeler mon nom. Mais terrorisée par la peur, je ne pus répondre. Le sanglier commença à charger, c’est enfin que je me décidai à courir, mais je trébuchai à cause d’une racine d’un bois d’ébène. C’est alors qu’un deuxième sanglier arriva, puis un troisième. Ma cheville, toute gonflée m’empêché de me relever. Qu’allai-je faire ? Allai-je mourir dans ce bois ? Etait-ce ça mon destin ? Non, Je ne voulais pas y croire. Avec les quelques sorts que j’avais appris, je pouvais me défendre, je le savais. Je me suis donc rendue invisible, mais ne pouvant pas me relever, ça ne pouvait qu’être très dur. Il ne s’en fallut de peu pour qu’ils me repèrent à l’odorat, et m’enfourchent. Je les laissai dans leur perplexité la plus complète, pendant que moi, je rampai au sol du mieux que je pouvais. Ma cheville me faisait terriblement mal. Et d’un coup, plus rien, le néant. Je ne sentais plus aucune souffrance, je croyais que j’étais morte. C’était comme si on ne se sentait plus que poussière. C’est alors que je revins à la réalité, je voyais les 3 sangliers, reniflant, toujours, se rapprochant de moi. Je ne voyais pas ma cheville (je rappelle qu’à ce moment là, je suis invisible) mais elle ne me faisait plus du tout mal. Que s’était-il passé ? Un miracle ? Non. C’était bien plus que ça, je sentais une force en moi, quelqu’un m’aidait. Je me levai, plus forte que jamais, lança un piège, puis deux, puis trois, tua un sanglier aux dagues. C’en était fini. J’étais fière de moi. J’étais à bout de souffle, c’est pourquoi je tombai dans l’inconscience la plus totale.



_________________
Je suis l'as de trèfle qui pique ton coeur, Caroline. - Mc Solaar

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caalypso
lv 201
lv 201
avatar

Masculin Scorpion Messages : 1005
Localisation : A ta gauche. Non !! L'autre gauche !
Age : 19

MessageSujet: Re: [RP] Le RP de Caalypso   Lun 21 Nov - 17:54

IIIe Partie :

Ah… ma tête, ma tête me faisait mal. Que s’était-il passé ? Où étais-je ? Regardant autour de moi, je vis un arbre coupé, plusieurs souches, le ciel d’un gris monotone, et des arbres sans feuille. Tout porte à croire qu’on était en hiver. Ca y’est, ça me revenait, le soldat, la forêt, oui, j’étais dans la forêt des canias, je me souvenais ! Les sangliers, ma cheville, puis cette fatigue. Que s’était-il passé ? Je me répétais la question. Tout me semblait étrangement hostile, comme si le monde entier était recouvert par les ténèbres. Il fallait tout d’abord que je sorte de cette forêt. Elle semblait très grande, beaucoup plus grande qu’auparavant, mais c’était seulement l’effet de la fatigue. Où était la sortie de la forêt, ici ? Par là ? Ah, là bas ! A cet instant précis, mon cœur se mit à battre très vite, comme si il s’était réellement passé quelque chose. Un pressentiment. En me dégageant des branches dénudées, je voyais enfin les plaines qui...
Ah ! Qu’était-il arrivé ? Ces plaines normalement verdoyantes… Qu’avait-il fait sur ces belles plaines verdoyantes ? Les armes abandonnées, les traces de sang au sol, même l’herbe qui était là avait été arraché sauvagement. Tout semblait lugubre, avec ce ciel gris qui recouvrait ce paysage désastreux. Que s’était-il passé ? Combien de temps s’est écoulé depuis mon évanouissement ? J’avais encore le pendentif de papa autour du cou, ah, papa, ma petite famille, ma chambre coquette, mon lit douillet, tout semble très loin maintenant. Ils me manquaient, j’aimerais tellement retourner les voir. Et s’il leurs était arrivé quelque chose ? Avant tout, il fallait que j’agisse. Je ne pouvais pas rester là, il fallait que je parle à des gens, que je me renseigne sur ce qu’il s’était passé, il fallait que je sache. Au loin, je voyais l’imposante muraille de Bonta, là bas, il y’aurait des gens à qui parler.
Je me mis en route, de la forêt des canias à Bonta, ça faisait une petite trotte quand même, environ 3 kilomètres à vu d’œil. En marchant, je voyais les terres défrichés de part et d’autres du sentier menant à Bonta. Tout n’était que désastre, j’errais dans ce désastre. J’essayais de me rappeler la raison pour laquelle le soldat bontarien connaissait mon père. Ah, suis-je bête, il n’avait pas voulu me le dire. Est-ce que c’était un grand homme ? Un tyran? Avait-il fait quelque chose de particulier dans sa vie ? Je me posais tant de questions…
Cela faisait déjà une demi-heure que je m’étais mis en route, et je voyais l’impressionnante muraille de plus en plus proche. Eh mais, que vois-je ? Un homme ? Une silhouette en tout cas. Si c’était un humain, je pourrais lui poser quelques questions. Parfait, c’était bel et bien un humain, je me présentai :
- Bonjour, je me suis égarée il y a pas mal de temps maintenant. Que s’est-il passé ici ? Ah, au passage, je m’appelle Caalypso.
- Brakmariens ! là bas ! là bas ! me disait-il, les kanigrous ! Partis ! Tous partis !
- Monsieur ? Est-ce que ça va ?
- Ils les ont tous emmenés, les kanigrous ! Les Brakmariens ! Ahh !
Cet homme m’effrayait énormément, je ne restai pas plus longtemps avec lui. J’essayais de garder en mémoire ses paroles. Eh mais, il parlait de kanigrous, qu’était-il arrivé à tous ces nombreux kanigrous ? Je n’en ai vu aucun. Trêve de question, j’étais arrivée devant l’imposante cité de Bonta, la cité où je devais me rendre avant mon combat contre les sangliers, la cité où je devais me rendre tout au début, la cité où j’apprendrai la vérité.


_________________
Je suis l'as de trèfle qui pique ton coeur, Caroline. - Mc Solaar

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caalypso
lv 201
lv 201
avatar

Masculin Scorpion Messages : 1005
Localisation : A ta gauche. Non !! L'autre gauche !
Age : 19

MessageSujet: Re: [RP] Le RP de Caalypso   Mar 22 Nov - 17:24

Avant de poster la 4e partie, j'aimerais dire merci à Araucaria qui a changé toute la suite de mon scénario car je trouvais le sien encore mieux.
En ce moment, je suis à fond dans mon histoire, c'est pour ça que déjà, la partie 4 va être postée Razz



Deux sentinelles étaient là, en train de faire le guet.
- Laissez moi passer, je suis la fille de Phinéas, je me prénomme Caalypso ! disais-je avec entrain.
Les soldats se regardèrent d’un œil interloqué, et me laissèrent passer. Alors comme ça, mon père serait vraiment quelqu’un de connu ? Rien que l’idée me donnait les frissons.
En entrant dans Bonta, j’avais l’impression de me plonger une trentaine d’années auparavant. Cette ville ne semblait pas être moderne. Un marché s’organisait au milieu de la place principale, près de la milice.
Il y’avait une foule incroyable, des artistes de rues faisaient leurs numéros pour quelques pièces, il y’avait aussi des acrobates, des vendeurs à la criée. Tout était là, tout était beau, tout était magnifique. Je n’avais pas l’impression qu’il y a environ une demi-heure j’étais face à un paysage désastreux.
En entrant dans la milice, je vis un homme de petite taille. J’avais l’impression de le connaitre, quelqu’un de mon entourage en beaucoup plus jeune. Il était beau et élégant. Il semblait avoir de l’importance dans cette ville car de nombreux soldats le protégeaient. Quand l’un deux allait me demander ce que je faisais là, un homme entra dans la pièce à toute vitesse. Il était jeune, plus jeune que l’homme protégé par les soldats. Cet homme me semblait aussi familier, en étant plus jeune.
- Général Phinéas, s’exprima-t-il. Les brakmariens ont de nouveaux attaqués vers les bois des canias, mon armée a essayé de défendre le plus longtemps possible, mais mes hommes ont du se rabattre a cause de leur nombre inférieur. Les kanigrous ont aussi disparus. Nous ne pouvons donc plus nous entrainer comme il le faut pour les prochains assauts.
- Bien, merci pour les informations, Amayiro.
C’est alors que le dénommé Phinéas, comme mon père, congédia l’homme s’appelant apparemment Amayiro, comme le général de bonta qui est venu chez moi l’autre jour.
- Que fais-tu la, jeune fille ? me demanda un soldat.
- Moi ? Je euh… Je vais vous expliquer. Puis-je voir le prénommé Phinéas ?
- Oui, approche jeune fille, me réponda-t-il, installons nous là.
Après s’être installé à une table dans un coin, protégée par des soldats, je commençai à lui expliquer ce qui m’était arrivé :
- Je me présente, je m’appelle Caalypso. Je viens d’une famille de xelors. Mon père s’appelle Phinéas, comme vous apparament. Ma mère s’appelle Sharon, et d’ailleurs, sa meilleure amie s’appelle Caalypso, c’est là d’où vient mon nom. C’était une sram, quel hasard que j’ai choisi moi aussi d’être un sram, n’est-ce pas ? Bref, lors de la cérémonie où nous devions choisir notre vocation, j’ai choisi le dieu sram, et je regrette mon choix. Maintenant je suis reniée par toute ma famille. Un beau jour, le général de bonta, Amayiro…
- Le général Amayiro ? me coupa-t-il. Comme notre chef de l’armée ? Hum... Vas y, continue.
- Le général Amayiro est venu chez moi pour me demander de venir à Bonta. Ici j’étais censé faire l’armée pour défendre cette cité contre les incessants assauts de Brakmar et…
- Une femme, faire l’armée ? Mais… de quel monde viens-tu ? Ton histoire est très étrange. Continue.
- Un soldat Bontarien m’accompagnait pendant mon voyage. Mais, m’étant emporté, je suis partie dans la forêt des Canias, et me suis fait surprendre par trois sangliers. Après le combat, je me suis évanouie, et quand je me suis réveillée, le monde des douze avait changé. C’est pourquoi je suis venue à Bonta pour trouver des explications.
- D’accord, me répondit-il, vient avec moi, il faut te trouver un endroit où dormir, tu es désormais notre invitée.


_________________
Je suis l'as de trèfle qui pique ton coeur, Caroline. - Mc Solaar

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caalypso
lv 201
lv 201
avatar

Masculin Scorpion Messages : 1005
Localisation : A ta gauche. Non !! L'autre gauche !
Age : 19

MessageSujet: Re: [RP] Le RP de Caalypso   Jeu 24 Nov - 12:58

Cinquième Partie :

Ahh, que ça faisait du bien de s’allonger dans un lit ! Cela faisait longtemps que j’en rêvais, car j’étais morte de fatigue. La pendule indiquait 18h01. Le garde m’avait dit que je devais descendre dans la grande salle à 19h00 pour souper. Il me restait donc une heure devant moi pour savoir ce qu’il c’était passé d’une manière cohérente.
« Tu t’es enfuie, puis tu as combattu, et enfin tu t’es évanouie. En te réveillant tu as vu le monde changé, une plaine transformée en champ de bataille. Ensuite tu as vu un homme parlant de brakmariens, de kanigrous enlevés. Pour entrer dans Bonta, tu as parlé de ton père aux sentinelles, ils t’ont laissé passer. Pourquoi ? Et cet homme, qui ressemble à ton père en plus jeune, qui porte le même nom que lui… Et ce chef d’armée, Amayiro, qui ressemble lui aussi à l’homme qui est venu chez toi l’autre jour… Hum… Tout est bizarre… Aurais-tu fais un retour en arrière, Caalypso ? »
18h45. Je descendis les marches menant à la grande salle. Une grande table était installée à son centre, un buffet était servi. Il y avait des gens, des soldats, des femmes bien soignées, bien habillées, des hommes très chics, ce n’était pas du tout mon milieu. A 19h00 pile, une cloche sonna, et tout le monde se mit à table. On m’indiqua une place parmi tous ces gens. Ce fut un repas merveilleux, des spectacles d’acrobates s’offraient à nous, des tours de magie, et les clowneries étaient au dessus de mes espérances. La nourriture était délicieuse.
Après le repas, je remontai dans ma chambre, et alla prendre une douche. Enfin, une douche : Un seau avec de l’eau chaude, du savon, un trou pour évacuer l’eau, comme il y a trente ans. Propre et rassasiée, je m’installai dans mon lit. J’étais sûre que je passerai une bonne nuit, et que le lendemain, je me mettrai en quête de la vérité. J’entendis un bruit, un craquement très distinct, et avant même que je prenne mes dagues, on me prit la bouche vigoureusement pour ne pas que je crie.
- Hm, Hmmm ! articulai-je.
- Chut ! Je ne te veux pas de mal. Maintenant je vais te relâcher, mais écoute moi.
La main relâcha sa prise. Je ne pipai mot. Le ravisseur dans mon dos.
- Bien, qui es tu ?
- Je m’appelle Caalypso. Mais vous, qui êtes vous ? disais-je inquiète.
- Ne t’inquiètes pas, je ne te veux aucun mal. Je suis une femme pacifiste. D’ailleurs, c’est moi qui ai capturé les Kanigrous, pour ne pas que les Bontariens s’entrainent pour tuer les Brakmariens. J’ai aussi capturé les ouginaks, dans les landes des Sidimote, pour ne pas que les Brakmariens s’entrainent pour tuer les Bontariens. Je veux que la guerre s’arrête dans notre joli monde. Les soldats ne voient pas ce qu’ils démolissent. C’est bien malheureux. Si seulement tout ça pouvait s’arrêter ! Ah oui, au fait, je m’appelle Sharon.
Ce dernier détail m’interpella. Encore plus quand je me tourna pour voir la tête de cette femme : c’était le portrait craché de ma mère, avec une trentaine d’années auparavant.


_________________
Je suis l'as de trèfle qui pique ton coeur, Caroline. - Mc Solaar

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caalypso
lv 201
lv 201
avatar

Masculin Scorpion Messages : 1005
Localisation : A ta gauche. Non !! L'autre gauche !
Age : 19

MessageSujet: Re: [RP] Le RP de Caalypso   Lun 21 Mai - 17:27

Ca fait un moment que je n'avais pas posté sur mon RP ! Mais je pense que je peux enfin poster la 6e partie, la voici Wink

Partie VI :


Nous avons parlé toute la nuit avec Sharon, et elle m’a influencée dans son idée de pacifisme. Nous sommes d’ailleurs devenues très bonnes amies. Aussi je n’ai rien dis à propos de mon histoire, elle m’aurait forcément pris pour une folle. Le lendemain matin, je descendis de ma chambre. Je vis Phinéas assis à la même place qu’hier quand je l’ai rencontré, entouré de gardes.
- Ahh, Caalypso ! me disait-il quand il m’a vu
- Bonjour, Phinéas. Je dois vous parler de quelque chose.
- D’accord, installons nous là, comme hier.
- J’aimerais vous poser une question, n’avez-vous jamais rêvé d’un monde sans violence ?
- Si, Caalypso, mais jamais ça n’arrivera, malheureusement…
- Mais si nous nous y mettions du fond du cœur, on pourrait stopper tout ça, n’est-ce pas ?
- Ce n’est pas aussi simple que tu ne le penses… Les Brakmariens sont entêtés, et leur chef, Oto Mustan, est très « sanglant ». Il veut absolument faire la guerre et gagner du territoire.
- Je vois… Phinéas, merci pour votre accueil, mais je vais partir pour faire agir le monde. Il faut que tout cela cesse. Aussi, je vous donne mon collier que mon père m’a offert quand je suis partie de chez moi. Tenez, Vous penserez à moi.
- Très bien. Je respecte ton choix. Bon voyage Caalypso, un avenir glorieux t’attend, que les Dieux soit avec toi !
- Au revoir, Phinéas. Merci pour cette bénédiction.
Devant la muraille de Bonta, Sharon m’attendait. Nous étions en route pour Brakmar, pour stopper ces assauts. Une semaine plus tard, nous étions devant la cité sombre.
- Bonjour, je suis une voyageuse solitaire, se présenta Sharon aux soldats Brakmariens. J’ai besoin de parler à votre chef : Oto Mustan.
- Ah ! Avez-vous une autorisation ? demanda le soldat Brakmarien
- Ai-je une tête à avoir une autorisation ?
- Alors vous ne pass…
Il n’eut pas le temps de finir sa phrase, et c’était la première fois que le sang d’un homme coulait sur mes dagues. L’autre soldat prit la fuite, mais Sharon le rattrapa en se téléportant, et lui assena un coup de marteau.
- Tu es une xelor ?! demandai-je ébahie
- Eh bien, oui, il faut croire, me répondit-elle ironiquement
- Dans ma famille aussi, ce sont des xelors. Je… Tu sais, cette cérémonie où l’on doit choisir sa vocation. Je n’aurai jamais du choisir le sram.
- C’est assez stupide en effet, je ne te le cache pas. J’espère que si j’ai un enfant plus tard, il choisira le même dieu que moi, sinon…
Plus le temps passait, plus j’avais l’impression que c’était ma mère qui me parlait.
- Hum… Allons à la milice ? disais-je histoire de changer de sujet.
De nombreux soldats étaient placés là, devant Oto Mustan. A quoi lui servait autant de soldats, à montrer sa supériorité ? Bref, nous nous avançâmes, quand l’un des gardes brakmariens nous interpella.
- Eh vous, vous faites quoi là ?
- Nous venons voir Oto Mustan.
- HORS DE MA VUE ! criait-il, CE SONT DES BONTARIENS (Enfin.. C'est ce qu'il croyait)
- Oula, pas commode lui. S’exclama Sharon. Viens, je vais nous sortir d’ici. Retournons à Bonta !
- Tu peux faire ça ?
Un ralentissement général et une téléportation me montrèrent que oui, elle pouvait faire ça.
Je reconnus la cité aux pavés blancs.
- Viens, criai-je avec enthousiasme, je vais te montrer Phinéas, le chef de Bonta !
Car je savais, intérieurement, que ce serait une bonne idée.


_________________
Je suis l'as de trèfle qui pique ton coeur, Caroline. - Mc Solaar

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [RP] Le RP de Caalypso   

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Le RP de Caalypso
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Protecteurs des Dofus :: Réalité ! :: Nouvelles-
Sauter vers: