Les Protecteurs des Dofus

Forum de la guilde du serveur Crocoburio
 
AccueilPortailCalendrierStatsFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Pensée Blauzienne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blauze
Doom lv7
Doom lv7
avatar

Masculin Balance Messages : 1529
Age : 26

MessageSujet: La Pensée Blauzienne   Ven 6 Juil - 4:00

Salut.

J'ai créé ce topic en divisant le topic "philosophie" en deux parties. Parce que ces deux derniers messages que j'ai écrit sont différents du thème initial, que je vais écrire d'autres messages du genre ici, et que je veux pas vous dissuader d'écrire la-bas. En gros ici, je fais mon exutoire et je lâche ce que je pense sincèrement mais que je ne dis jamais publiquement.

Donc ce qui suit et le post d'après, viennent de l'autre sujet. Après, c'est du neuf.

Tiens, ce sujet... J'avais oublié. Je le bump tiens.

Allez go : L'homme est un animal. Choquant hein ? L'homo sapiens sapiens est un singe en costume qui se comporte comme un Dieu, ou du moins veut l'être. Déjà, qu'il ait choisi de privilégier le bien au mal, en emprisonnant les adeptes du mal de son espèce, ca peut limite se comprendre. Le mal est associé à la souffrance et l'homme n'aime pas la souffrance. Mais n'empêche, je me mets à me poser cette question depuis un moment : Imaginons que nous ayons suivi la voie du prédateur qui nous était pourtant tracée à la craie blanche, que nous ayons privilégié le mal, le meurtre et le vol donc, au lieu de choix consistant à faire le bien autour de nous... Serious-nous plus heureux? Parce que franchement, Qui peut clairement dire que sa vie est idéale aujourd'hui? Ceux pouvant l'affirmer sont - Surprise, surprise - surtout en haut de la pyramide humaine. Les politiciens, les chefs d'entreprise, et dans une moindre mesure l'élite artistique. Des gens riches certes, mais pour qui l'expression "écraser la concurrence" n'est certainement pas étrangère. Si l'argent ne fait pas le bonheur, il semble que l'hostilité, elle, remplit ce rôle. conclusion, être bien c'est bien. Mais si tu veux laisser une trace de ton passage sur terre ? Rejoins le côté obscur.

Ce que j'essaie de dire c'est que nous avons fait, il y a des siècles, des choix fondamentaux qui nous empoisonnent la vie aujourd'hui. L'interdiction du mal, la non-abolition de la monnaie, le besoin minimum d'éducation... Tout ça, c'est moyen-âgeux. Les humains de cette époque en avaient besoin pour se contrôler. Mais comme un enfant, nous, humains de 2012, avons gagné en maturité. Il est temps je pense, d'admettre que l'être humain n'est rien de plus qu'un animal qui à sur-évolué. Que jamais, pas dans ce stade du moins, nous ne trouverons la réponse à nos questions les plus inquisitrices. Nous devrions nous laisser le temps d'évoluer encore - De passer d'Homo Sapiens Sapiens à Homo Ultimum. Notre situation sur terre le prouve, nous construisons des jouets mais nous sommes trop jeunes pour y jouer. Jamais, l'humain moyen n'aurait pensé aux dangers des gaz à effet de serre avant que la situation ne soit alarmante. Mais la plupart d'entre nous sont trop ambitieux, égoistes ou drogués par leur ersatz de vie pour seulement vouloir empêcher ce progrès néfaste de se propager. Les solutions sont toutes présentes sous nos yeux mais la plupart d'entre nous n'ont pas été concus pour les voir, tout comme la plupart d'entre nous n'ont pas été concus pour imaginer tous ces produits que nous utilisons quotidiennement. Et surtout, l'homme n'est allé que dans une seule direction jusqu'a présent : vers l'avant. Toujours plus de technologie, plus de population, plus d'ambition. Si l'évolution de notre espèce existe, la désévolution devrait être l'alternative principale, et non pas la non-évolution.

Ce qui fait peur, c'est que nous n'avons jamais connu la vie autrement. Nous ne pouvons pas imaginer une autre vie, du moins pas pour nous, puisque nous n'avons jamais vécu autrement. Je suis convaincu que c'est pour cela que l'homme publie des romans, réalise des films et s'enfonce corps et âme dans les mondes venant de l'imaginaire : Nous savons tous qu'un monde meilleur est possible ailleurs, autrement. Nous en rêvons. Nous savons que le conjoint parfait existe, nous l'avons vu(e) en rêve. Nous savons aussi, de la même facon, qu'un monde idéal et qu'une vie parfaite existent. Se lever hors du lit nous dégoûte de l'atrocité du monde réel. Mais dans tel ou tel livre, tel ou tel jeu vidéo, il existe des humains qui se battent encore pour un monde utopique, qui n"ont pas perdu espoir. Et au fil des pages, ou au fil des niveaux, nous témoignons que leur combat se soldera par une victoire. Malheureusement nous ne pouvons pas les imiter car contrairement à l'art, nous ne maîtrisons aucun élément appartenant à la réalité.


...Du moins c'est ce que je pense. (Yeah, posté a 6h pile. \o/)

_________________

Tout le monde comprend. Personne ne connaît.


Dernière édition par Blauze le Mar 6 Nov - 7:48, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-protecteurs.probb.fr
Blauze
Doom lv7
Doom lv7
avatar

Masculin Balance Messages : 1529
Age : 26

MessageSujet: La Pensée Blauzienne   Ven 27 Juil - 12:17

Ben alors, personne contre argumente? Bon bah, laissez-moi enfoncer le clou alors. Parlons vie et mort.

Je pense, comme assez peu de monde en fin de compte, que la mort n'existe pas. Pour moi c'est simple, y'a deux états : la vie et la non-vie. On naît suite à un accident scientifique dans le ventre de notre mère, on pourrit lentement mais surement, et ensuite on arrête de vivre. On s'éteint. Écran noir.
Pour moi, le paradis, c'est un conte de fées. je ne vois pas du tout comment un corps cassé et un cerveau désintégré peuvent rejoindre un lieu ou les "âmes" (chose non-existante d'ailleurs) vivent, ou les ailes poussent dans le dos, ou l'on vit pour l'éternité. Oui, la non-vie est triste et cruelle. Oui, je fais des cauchemars la nuit et je pète des plombs parce que cette vie, tout aussi pourrie qu'elle soit avec toutes ses règles et ses lois, c'est tout ce qu'on aura jamais. Oui, j'ai peur parce que jour après jour je vois des cellules de mon corps cesser de vivre. Des vieux cheveux tombent, mes yeux perdent lentement leur efficacité, mes os et mes muscles rouillent. Et un jour mon corps ne répondra plus. Point final de mon existence.

Alors, profitons de la vie tant que l'on peut. Impossible ! Des hommes du moyen-âge, bien que non-vivants depuis des siècles, régissent nos fonctions, nos droits et nos valeurs. Ils divisent les humains avec la monnaie. Ils séparent les humains avec les lois. Ils dénigrent ou mettent en valeur les humains avec la hiérarchie. Si je veux aller un jour en Chine, je dois mettre un gros billet dans la poche de quelqu'un qui pour la même somme, fera deux fois le tour du monde. Ce billet passera devant une centaine de caissiers et préposés (sans âme, je le rappelle) qui sont tellement las de leur vie misérable et sans avenir qu'ils ne voudront même pas tendre le bras et l'attraper. Car oui, l'argent, malheureusement, fait le bonheur. Des gens cessent d'exister pour un billet. Des gens cessent d'exister pour un objet payés par des billets. Des gens se suicident parce qu'ils en ont marre que les mauvaises personnes détiennent leurs billets. L'argent fait le bonheur, fait le malheur, décide de la vie et décide de la mort. L'abolition de la monnaie, je ne le répèterai jamais assez, est le premier pas vers un meilleur monde.

C'est comme à l'école, en fait. Imaginez qu'un professeur décide de mettre une note collective à l'ensemble de la classe. Une note de comportement, disons. Tout le monde est censé avoir 10 sur 20. Mais certains, par leurs actions, gagneront ou perdront des points. Pourtant ceci contredit la notion d'unicité de la valeur. Vous comprenez le problème ? Ce n'est pas normal. Bien sûr c'est la nature humaine qui dicte ce besoin de pisser sur la gueule d'autrui, en montrant sa supériorité, en ayant plus qu'un autre. Mais l'argent offre le moyen le plus fiable pour pisser du haut d'un immeuble et se prendre pour le dieu de la pluie. Doit-on vivre pour que certains nous pissent métaphoriquement dessus ? Doit-on vivre pour que des hommes feignants et non-méritants exhibent leur richesse ? NON. Nous devons vivre pour profiter de la vie, sans que personne ne nous dise ce qui est juste ou pas. Nous ne profitons de rien sur terre, et notre descendance, A cause de ces mêmes hommes riches que nos actions nourrissent au grain, risque de ne plus pouvoir vivre. Nous alimentons les intentions perverses des milliardaires, qui par leurs actions, détruisent la terre. Du pétrole en échange d'un billet. Des milliers de gaz a effet de serre en échange de l'humanité. Ce n'est pas la terre qu'il faut réparer, c'est nous. Si vous voulez que l'humanité, et vous-même, vivions. Il faut croire en la possibilité de changer le monde. Moi j'y crois. Vivons, s'il vous plait.


Sur ce j'vais aller me chercher une glace a l'orange <3 y'en a plus qu'au citron vert, dommage.

_________________

Tout le monde comprend. Personne ne connaît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-protecteurs.probb.fr
Blauze
Doom lv7
Doom lv7
avatar

Masculin Balance Messages : 1529
Age : 26

MessageSujet: Re: La Pensée Blauzienne   Mar 6 Nov - 9:20

L'amour, maintenant.

Est-ce que je suis supposé être capable de parler d'une chose que je n'ai jamais ressenti, jamais connu, jamais compris ? Bien sûr que non. Mais ça ne m'empêchera pas de le faire. Bon d'accord, je ne me déteste pas, je ne déteste pas ma famille, et celle-ci ne me déteste pas en retour. Mais c'est surtout par politesse : Rien ne nous empêche de fraterniser et d'être soudés, alors on le fait. Après tout ils m'ont mis au monde, donc on se sent probablement obligés, quelque part. Ils m'ont mis au monde, certes, mais avec la certitude qu'un jour je mourrai. Est-ce que cela fait d'eux mes meurtriers ? Si j'étais certain de ne choquer personne, je dirais oui sans hésiter. Car c'est puisque je vis, qu'un jour je ne vivrai plus. Est-ce que j'en veux à mes parents? Oui et non. Je n'arrive pas à décider si ma situation serait meilleure si je n'avais pas commencé à vivre un jour. Mais voilà, comme maintenant je vis, je tiens à rester dans cet état le plus longtemps possible. Et puis, je suis là sur terre grâce à l'amour, donc je suppose que c'est au final une bonne chose.

J'ai 21 ans et ni fille ni garçon n'à éveillé en moi quelque chose de spécial jusqu'ici. On m'a éduqué à coups de "l'amour, c'est quelque chose d'incroyable" et "la vie, tu ne la réussis pas en ayant de l'argent et un beau métier, mais en fondant une famille". Malgré tout, je semble incompatible avec toute personne que j'ai rencontré dans ma vie. Indésirable, indésirant, indésiré. Extraterrestre, même. Et je ne peux même pas demander autour de moi "qu'est-ce que l'amour ?", on me répondrait avec de vagues "c'est un sentiment personnel" ou "à toi de le trouver, je peux vraiment pas t'expliquer". Le sentiment le plus fort de ma vie, était la satisfaction de trouver chez une fille plus jeune que moi une poignée de points communs. Je n'ai jamais été aussi proche d'un sentiment amoureux que cette-fois là. Je ne pensais jamais à elle quand j'étais seul et perdu dans mes pensées, et je n'avais découvert aucune émotion étrangère à mes habitudes. Rien de particulier. Mais lorsque j'en parlais à mes amis, eux-mêmes me répondaient "Ça y est, tu es amoureux, fonce". Je lui ai donc confessé de fausses choses, et m'a répondu qu'elle ne les ressentait pas elle non plus. J'étais triste, mais malheureusement, pas pour les bonnes raisons. J'aurais tant voulu me prendre un rateau, et au final, je découvre que je ne suis capable que de ressentir des illusions. J'en viens donc à me demander... Est-ce que l'amour est une chose réelle ? Est-ce que cette satisfaction était en fait de l'amour ? J'espère sincèrement que non. Car cela voudrait dire que l'amour, ce n'est presque rien.

Rien, si ce n'est une douleur psychologique. L'homme amoureux cherche un réconfort qui est l'amour lui-même. C'est le seul mal que je connaisse qui à besoin d'être courtisé pour s'apaiser. Et pour quelle récompense ? Qu'apporte donc l'amour pour que tant de gens en veulent? Moi-même, je crois vouloir aimer et être aimé. Et d'ailleurs, je sais comment je n'aime pas, et pourquoi je ne suis pas aimé. Mais pourquoi? Est-ce que le corps humain n'est qu'une machine à pulsions, aimanté vers son objectif, qui ne recherche aucune réponse à ce sujet ? Est-ce même normal d'aimer ? J'aurai peut-être la réponse quand j'expérimenterai le phénomène moi-même. Mais l'amour semble être la "juste décision", le guide de la vie, même si personne ne semble savoir pourquoi, ou plutôt cherche à savoir pourquoi.

Si vous avez des thèmes à proposer, j'y réfléchirai.

_________________

Tout le monde comprend. Personne ne connaît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-protecteurs.probb.fr
Essim
Prespic FM
Prespic FM
avatar

Messages : 75

MessageSujet: Re: La Pensée Blauzienne   Mar 6 Nov - 15:08

L'amour n'est un mal que lorsqu'on ne le comprend pas, qu'on le suit aveuglément et qu'on se blesse avec. Si je devais le définir, je dirais que c'est l'expression de notre solitude, de nos peurs et de nos doutes qui nous pousse à rechercher un être ou un objet qui nous aidera. Et, parce que nous avons la capacité de se mettre à la place des autres, on ne cherchera pas à se décharger de tous ses soucis mais à les partager, de sorte que l'un aille bien si l'autre va mal et inversement.

En laissant de côté les pulsions plus animales qui nous poussent à se reproduire, fonder une famille et élever l'enfant jusqu'à ce qu'il soit viable afin d'assurer la perpétuité de l'espèce, il y a cette autre forme d'amour plus "humaine". J'ajouterais qu'aimer un autre n'a rien d'obligatoire, qu'il existe des phases où l'on en ressent le besoin, d'autres où l'on est 'neutre' et enfin celles où la solitude se transforme en besoin. Phases dont la fréquence et la taille varie en fonction des personnes.
Spoiler:
 
Enfin, c'est ce que je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blauze
Doom lv7
Doom lv7
avatar

Masculin Balance Messages : 1529
Age : 26

MessageSujet: Re: La Pensée Blauzienne   Mer 7 Nov - 10:01

Ouais, ton premier paragraphe rejoint plus ou moins ce que je pense. Le deuxième pas vraiment mais il complète bien. De mon point de vue, la solitude, c'est juste un moyen d'orienter son amour vers soi-même plutôt que vers les autres, donc dans un sens il y à toujours une recherche d'amour, tout le temps.

Mais tu as raison, quand on ne comprend pas l'amour c'est un mal, d'ailleurs je l'ai dit aussi. Moi, je vis comme ça, sans ressentir. Les gens ne me trouvent pas attirant et je ne trouve pas les gens attirants, donc c'est réciproque et ça me va très bien comme ça, même si des fois je me demande comment serait ma vie si j'étais comme les autres.

_________________

Tout le monde comprend. Personne ne connaît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://les-protecteurs.probb.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Pensée Blauzienne   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Pensée Blauzienne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pensées Philosophiques d'un Voleur...
» Une plongée dans les pensées de Garrosh
» Transmition de pensée *-*
» Ténacité : Pensées nocturnes
» Détecteur de pensée virtuel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Protecteurs des Dofus :: Réalité ! :: Fourre-tout-
Sauter vers: